JOUR 2

JOUR 2 : Chanelaz - Creux-du-Van
95,2 km / 1988 md+ / 211 md-

Le réveil est humide, la route détrempée. On grimpe les 300 derniers mètres de dénivelé pour atteindre la combe d'Amburnex à 1300 m d'altitude, au coeur du Parc naturel régional Jura vaudois. L'endroit est féerique, surtout pour les cyclotouristes : il n'y a aucune difficulté sur les 8 km de ligne droite. Les paysages alternent entre forêts mystiques et pâturages verdoyants entrecoupés de petits murs de pierres sèches. Quelques vaches se baladent au milieu de la route, belle ambiance campagnarde !

Après après avoir passé notre premier col, le Marchauruz à 1446 m, nous plongeons dans la vallée de Joux et longeons le lac. La belle Dent de Vaulion pointe son nez devant nous, mais rapidement un rideau de pluie nous rattrape par le sud. Le contraste sur le lac de Joux est splendide : on prend le temps d'admirer ce mélange de couleurs grisâtres confortablement installés sous les toits de l'Abbaye. Mais l'envie de reprendre la route est plus forte : on repart sous quelques gouttes. A peine le temps de prendre une photo au col du Mont d'Orzeires, 1061 m, que la pluie s'abat littéralement sur nous. Aucun abri pour se réfugier : les souris sont prises au piège ! On est rincés en quelques secondes, les roues projettent de l'eau sous le pancho... mouillés dessus, mouillés dessous, la totale. Les chaussures sont à essorer, c'est parti pour plusieurs jours de pieds au frais ! Ce qui est bien dans ce genre de situation c'est qu'on prend une douche, pas toujours facile en itinérance. La visite de Vallorbe se fait aussi vite que l'éclair, tout comme la pause déjeuner, assis sur un tronc, les pieds dans l'eau et la boue. A partir de Sainte-Croix, le bleu revient, on quitte le chemin gadoueux pour une belle route de moyenne montagne. Direction le Val de Travers par les crêtes. Il fait presque beau.

La fin de journée monte un peu, puis beaucoup... puis passionnément sur un terrain herbeux. Nous dormons sur les hauteurs du Creux du Van, un cirque rocheux calcaire (en forme de fer à cheval) façonné par l'érosion de l'eau et de la glace. A 1400 mètres d'altitude, la vue panoramique est à couper le souffle. Je repense à l'itinéraire choisi : traverser les Alpes de Genève à Nice en passant par le Jura n'est pas très "logique"... mais les 250 premiers kilomètres (3 jours de détour) pour poser le bivouac à cet endroit valent le coup.

Cartes, GPX & topos
Infos & contact


powerlolo.com
Transalpes
#1 #2 #3 #4

Arrière plan :
Combe d'Amburnex: l'état sauvage